Les bretonnismes

Qu’est-ce que les bretonnismes ? Ce ne sont pas ces mots bretons passés dans le dictionnaire français, comme fest-noz ou menhir, mais des tournures bretonnes appliquées au français, autrement dit une façon de parler breton en français.*

Les Bretonnismes

Originaire du Morbihan gallo, ayant vécu à Dinan, des Côtes d’Armor non bretonnantes, j’ai découvert le breton par ma belle-famille trégorroise. Les premières visites, mes premiers café-crêpes, chez les oncles et tantes étaient insolites : pour faire honneur à la nouvelle venue on parlait français dans les premières minutes, s’informant de mon voyage, de mon séjour…puis au fur et à mesure, le breton arrivait pour l’échange des nouvelles ordinaires de la famille. Au bout d’un moment l’un des interlocuteurs s’arrêtait de parler et se tournait vers moi en disant : « on ne parle pas contre vous ! ». Le breton étant leur langue maternelle, il était par moment traduit dans un français littéral un peu surprenant.

Par la suite, par mon mari, par mes amis du Cercle celtique à Paris, j’entendais des expressions telles que : « Je lui ai amené une lettre…, Oh ! celui-là il est arrivé vieux (parlant aussi bien d’une personne que d’un objet quelconque).  J’avoue que cela m’irritait un peu au début, à vrai dire je trouvais ces phrases un peu « plouc ». Ma connaissance de la Bretagne, de sa culture s’améliorant avec le temps, j’ai petit à petit intégré ces phrases dans mon bagage culturel et à l’été 2010 quand j’ai lu les billets d’Hervé Lossec dans Ouest-France, puis le recueil paru en fin d’année**, je me suis retrouvé en famille. Pour dire, je lis les phrases avec l’accent et je les savoure.

Je vous conseille la lecture de ce petit recueil, cela vous apprendra autant de choses sur le français que sur le breton. Il vous fera passer un excellent moment. Pour reprendre la phrase de l’article de Julie Durand dans France-soir du 16 février 2011* : C’est pas pour dire, mais on a du goût à le lire !

** Les bretonnismes / Hervé Lossec, Skol Vreiz, 2010

Mariedo

Cette entrée a été publiée dans A lire, La Bretagne et moi. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.