Les enfants de Labour ha Kan

C’est le printemps et les bébés s’annoncent à qui mieux mieux ! Autour de moi en ce moment, çà n’arrête pas : amies, collègues, cousines, parentes de parents.

Bon, faisons le point : pour Sara, Elise et Aurélie, c’est fait, avec la naissance respectivement de Florent (24 mai), Ewen (26 mai) et Clara (28 mai) ; pour Laure, Valentine et Mme C B-S. Qui vous savez,  il faudra attendre l’automne.

Et puis il y a celles qui voudraient bien, qui y pensent parce que c’est le bel âge, mais ce n’est pas le moment ou il ne veut pas ou pas tout de suite… et celles qui se disent que, enfin il était temps !

Pourquoi tout cela dans ce blog ?

Tout simplement il y a quelques jours en rédigeant le texte sur la Quadrette de rêve au Mont Saint-Michel  et une fête des mères pas comme les autres, je pensais à tous les enfants nés au sein de Labour ha Kan, depuis le début du Cercle.  Combien ont tressailli dans le ventre de leur mère ou se sont laissés bercer, rassurés par le son de la bombarde. Combien ont fait leurs premiers pas pendant une répé ou lors d’une sortie ? Combien ont continué dans le folklore, danse ou/et musique traditionnelle ?

Gressy, la grande époque

Gressy, la grande époque

Pendant le WE des 75 ans, nous avons découvert les vidéos rassemblées par tonton Christian et mises en DVD par son Loïc de fils (grand merci à lui), et parmi les spectacles proposés il y avait celui présenté à Gressy avec une troupe impressionnante de petits dans une « suite des enfants » déjà bien élaborée. Les « deux Catherine » avaient mis tout leur cœur dans la préparation et la mise en scène et malgré les forts caractères des uns et des autres, tout cela a bien fonctionné et donné une très jolie prestation.

répé en costume... ou non

répé en costume… ou non

Parmi tous ces enfants combien ont continué ?

Pour ce que j’en sais, on a fait le point avec quelques parents lors du WE des 75 ans justement : Céline et Mathilde vont aux festou-noz et suivent les groupes de musiciens locaux en Bretagne nord.

première quadrette

première quadrette

Anne-Thé voudrait bien mais elle habite chez les Chtis, c’est plus difficile !

Odran a monté un groupe de musiciens de fest-noz et fait danser avec son violon, Ronan lève les yeux au ciel et soupire quand on lui parle gavotte, pourtant il n’a pas dit non pour mettre le costume quand il s’est agit de faire le voyage en Chine.

Gwendoline, je ne sais pas, mais papa et frèrot baignent dans le traditionnel, ce serait bien le diable si elle y échappait ?

Jocelyn et Gaëlle

Jocelyn et Gaëlle

Il y a eu ma Gaëlle qui a tenu sa place parmi les grands pendant un bon moment. Sa naissance était imminente pendant le voyage à Abu-Dhabi.

Et puis il y a les petits derniers, ceux que les parents ont jeté dans la marmite : école Diwan, cercle celtique, club de gouren… A suivre…

Sterenn

les taties gardent les petits

Et Gwenn, Erwan, Nolwenn, Morgane, Adeline, Soizic, l’autre Ronan et ses sœurs… et tous les autres !

Ici je ne parle pas des grands aînés, ce serait trop long : Christophe (sûrement dans un autre papier), Loïc …

Loïc, le grand cousin

Loïc, le grand "cousin"

Maintenant à Labour ha kan, on a Garance qui déjà tient sa place et n’hésite pas à venir avec une copine aux répé, Apolline est encore bien timide, mais on ne sait jamais. Lena et Kaëlig sont bien assidus depuis leur naissance et puis papa sonne pour le cercle.

Garance et Apolline

la relève

A l’instant où j’écris la petite Clara vit ses premières heures et comme sa maman Aurélie, sera fort probablement musicienne, dansera-t-elle la gavotte ?

Léna avec bachi

Léna avec bachi

Nul le sait, mais l’âge venu, la découverte ou l’ignorance !

Cette entrée a été publiée dans 75 ans : une vie et des souvenirs, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.