Les coiffes du Pays de Saint-Brieuc 2

L’inventaire des coiffes du pays de Saint-Brieuc n’est pas terminé ! Voici maintenant la grande famille des « bonnets carrés ».

On trouve à l’Est et au Sud-Est de Saint-Brieuc une famille de coiffes dites « bonnets carrés » ou « boites à laver »... Un simple coup d’œil sur celles-ci permet de comprendre l’origine de ces sobriquets.

On distingue trois grands types :

  • celui de Langueux-Yffiniac, le plus archaïque ;
  • celui de Moncontour, un peu plus évolué ;
  • celui de Lamballe, très évolué.

L’évolution se fait sentir sur la forme générale de la coiffe, qui s’allège et se réduit en taille, ainsi que par la présence (ou l’absence) de bonnet de dessous. Celui-ci a été supprimé par les Lamballaises qui jugeaient sans doute la bride sous le menton inesthétique. Sans bonnet, la coiffe de Lamballe est en effet plus légère.

Toutes ces coiffes appartiennent à une grande famille qui va de la baie d’Yffiniac à l’estuaire de la Vilaine. On les retrouve en Vannetais gallo dans la région de Josselin-Ploërmel ainsi que vers Rochefort-en-Terre et Muzillac.

mode de Lamballe : mode évoluée, le bonnet a été supprimé.

mode de Moncontour : le bonnet est conservé. Chaque paroisse possède sa propre variante… On joue sur la taille de la coiffe, la taille du noeud.

mode d’Yffiniac & Langueux : la plus archaïque. Elle conserve le bonnet et la coiffe n’a que peu évolué dans sa taille et sa forme.

Enfin, on trouve à Châtelaudren, Plouagat, Plélo, Plouvara, Boquého, une coiffe qui peut être considérée comme une coiffe d’artisane et qui était surnommée « cocotte ». Elle n’est pas de la famille des bonnets citadins déjà évoqués (Saint-Brieuc, Quintin, Châtelaudren) mais se rattache plutôt aux coiffes. Elle possède, comme la plupart des coiffes d’artisanes, deux brides pendantes de chaque côté. C’est une coiffe de bourg.

Avec la « cocotte » de Plélo s’achève notre tour d’horizon des coiffes du Pays de Saint-Brieuc. Pour mémoire, signalons que la « toukenn » trégorroise se rencontre dès Saint-Gildas et Le-Vieux-Bourg, peu après Quintin en allant vers l’Ouest.

Pour y voir plus clair… (carte)

Pour réaliser cette carte, je me suis servi bien sûr du livre de René-Yves CRESTON, mais aussi d’indications fournies par Daniel et Réjane LABBÉ.

Vincent ROUSSEL

Les commentaires sont fermés.