Pour se coiffer, pour s’habiller…

Bonjour !

Voici un récapitulatif de ce dont il faut disposer pour se coiffer, pour pouvoir ensuite poser une coiffe et s’habiller.

Pour se coiffer :

  • un miroir, que l’on peut poser devant soi
  • un peigne fin à queue
  • une brosse à cheveux (pas de brosse démêlante !)
  • des élastiques à cheveux
  • des épingles à cheveux (grosses et fines dites « neige »)
  • des pinces à cheveux (courtes et longues)
  • un filet (invisible)
  • (éventuellement) un serre-tête peigne
  • (éventuellement) peignes courbes
  • de la laque et/ou du gel en bombe ou en pulvérisateur. De l’eau peut suffire dans certains cas.
  • barrettes grosses et/ou petites (pour Châteaulin, grosse(s) barrette(s))
  • lacet (pour Châteaulin)
  • de la tresse de laine (« rojerez » de Châteaulin)
  • postiche (pour Châteaulin)
  • barrette d’écaille (Vannes, Lorient, Trégor, par exemple)

Pour poser une coiffe, pour s’habiller, il faut :

  • des épingles à tête (perle, blanche, noire)
  • des épingles de sûreté
  • (éventuellement) un lacet long (pour fermer un corsage)
  • un t-shirt largement décolleté (ou un juste-au-corps ; il ne doit pas se voir dans l’encolure) pour isoler le costume de la peau (et de la transpiration)
  • un jupon blanc aussi ample que la jupe et un peu moins long que celle-ci (indispensable pour donner un beau volume au costume). On peut le superposer à un jupon droit et court ou à une « paire de culottes » (autrefois fendues) plus ou moins longues.
  • avec le costume de Châteaulin : collant noir ; avec le costume traditionnel : collant neutre (couleur « chair »).
  • les chaussures doivent être « intemporelles » (c’est à dire ne pas être « mode ») ; on pourra se donner comme référence les escarpins réglementaires dans les uniformes féminins ou bien les chaussures de danse de caractère (avec une bride sur le cou-de-pied). Avec le costume de Châteaulin (mode 1890), on peut aussi porter des bottines lacées et montantes type « belle époque », c’est à dire montant assez haut et avec un talon « bobine ».

Bijoux et « finitions » : Il n’y a rien d’obligatoire ici mais ce sont des petits détails qui « finissent » bien une tenue et qui donnent de l’allure. A moduler et à nuancer évidemment, en fonction du costume, des circonstances, de l’humeur…

  • broche (pour un châle ou bien au col à Lorient ou Châteauneuf-du-Faou)
  • chaîne de montre en sautoir ou  sautoir, avec coulisseau (ou petite broche)
  • tour de cou en velours avec une croix jeannette ou un cœur (si le cou est suffisamment dégagé, ce qui n’est pas le cas dans le costume de Châteaulin ou de Lorient)
  • épingle de pardon (uniquement avec un costume cornouaillais… et encore, pas toujours !)
  • gants (blancs avec le costume traditionnel, noirs avec le costume de Châteaulin)

enfin, il peut être utile de se confectionner une « poche » à cacher sous le tablier, et dans laquelle on pourra glisser un mouchoir, des épingles et pinces diverses, au cas où…

Cette entrée a été publiée dans costumes, Sorties, Vie du groupe, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.